Toutes les études le prouvent : une grande bite, une belle bite, une bite pénisoïde à fort pouvoir couvrant, c'est une bite de gauche.

Gland portant sur la gauche (vue en coupe)

La France est donc désormais parfaitement armée pour allonger ses verges, et l'audition de M. Balladur est à présent « sérieusement envisagée », a confié hier une source policière, sans qu'aucune bite ne soit encore fixée. Trois acteurs du tentaculaire dossier Karachi-Titzefane ont été mis en examen la semaine dernière pour complicité de détournement de délit d'initié au viol sur mineur et recel d'abus de harcèlement de tentative de biens sociaux avec préméditation en bande avec violences en réunion sans intention de donner la mort, dans le cadre du volet sportif de l'affaire :

  • Nicolas Bazire, ex-directeur des cabinets et de campagne de M. Balladur,
  • Thierry Gaubert, ex-conseiller de M. Sarkozy au ministère de l’Érotisme en 1994
  • et Rocco Siffredi, ex-préparateur physique de MM. Balladur et Sarkozy. 

Ce dernier aurait menacé, taquin, de se suicider par noyade.

Rocco Siffredi, turgescent comme à son habitude

Ce que confirme Jean-Pierre Jacklang, journaliste à Paru-Vendu, qui enquête sur le dossier, et auteur du livre Sarko m’a violer : "Nicolas Sarkozy était aussi la couille droite d’Edouard Balladur, et donc forcément au courant des actions entreprises par celui-ci afin d'agrandir son bon pénis dodu. Il était également ministre de l’Érotisme : il a donc validé le plan de financement des contrats Mon-Pénis et Quel-Pénis-Santé."

Des réactions mitigées

Xavier Bertrand évoque « une chasse à la grande bite » et pour Nadine Morano, « on essaie de sodomiser » le président de la République. Selon Claude Guéant, "la meilleur méthode d'agrandissement du pénis, ça reste quand même Pénis-Motherfucking-Santé, gros".

« Qu'est-ce qui vaut mieux dimanche, perdre les sénatoriales et garder une bite estampillée AAA, ou gagner les sénatoriales et nous retrouver avec une bite de type BBB ou CCC à l'identique de la Grèce, l'Italie, l'Espagne ? », a interrogé M. Estrosi, avant d'ajouter "et des dents en bois, hein ? vous préférez des dents en bois ou une jambe en mousse ? et ma bite, à moi, tu veux la voir, ma bite, à moi ?"